La tête dans les étoiles

Il fait beau et le ciel est clair en ce moment. Pourquoi ne pas essayer une photo du ciel ? Il existe de nombreux tutoriels pour cela et celui du photographe Ben Canales (www.thestartrail.com) qui est un spécialiste reconnu est plutôt bien expliqué.  Avec quelques bases très simples et du matériel de base à la portée de tout amateur, voilà une bonne occasion de mettre ses conseils en pratique.

Landscape Astrophotography Tutorial – First Night Out from Ben Canales on Vimeo.

J’ai bien compris qu’il fallait s’éloigner des sources de lumières parasites, de cette « pollution lumineuse » créée par l’éclairage urbain. Ainsi, une fois éloigné de quelques kilomètres dans la campagne voisine, on se rend bien compte que le halo lumineux est bien présent sur l’horizon. Un ville de taille moyenne peut irradier le ciel sur près de cent kilomètres. Je comprends mieux les inquiétudes des astronomes et les difficultés qu’ils ont avec l’extension des zones habitées.
Comme c’est une première et que j’ai aucune idée de ce que cela va donner, on fera avec. Donc pour la matériel : le 7D, le trépieds, le 17-55mm, le 8mm et la télécommande filaire. Pour les outils de repérage : l’application ipad SkySafari qui utilise le gyroscope de la tablette pour pouvoir repérer les étoiles et une lampe de tête pour voir où on met les pieds. Sur l’écran en simulation, la voie lactée semble être un sujet magnifique.

La pollution lumineuse créée par la ville de Brest - 50mm 6400 iso 10s f/2,8
La pollution lumineuse créée par la ville de Brest – 50mm 6400 iso 10s f/2,8

Une fois sur place au milieu d’un croisement de chemins vinicoles, je monte le boitier et j’essaie les premiers réglages : 30 s à f2,8, 1600 iso 17mm. La mise au point doit être faite (pour les objectifs canon) sur le « L » à coté du symbole infini et pas en bout de course du réglage. Le mode Live-View doit permettre également de vérifier la netteté mais là ça ne m’aide pas. Alors faisons confiance à la théorie. Le ciel n’est pas encore assez sombre et avec une pleine ouverture on voit que la lumière du soleil est encore présente alors que je suis dans le noir. Par contre on y voit des étoiles ! Enfin, c’est facile de dire ça en écrivant cet article. Dans la réalité, dans le noir et avec l’écran du 7D, ce n’est pas évident de voir si on est dans la bonne direction. L’utilisation du mode Raw+jpg avec l’iPad comme outil de vérification est surement utile mais je n’ai pas apporté le câble.

30s à f/2,8 1600 iso 17mm
30s à f/2,8 1600 iso 17mm

Une précision donnée par Ben Canales, la durée de pause doit être inférieure à 30 secondes si on souhaite éviter que les étoiles trainent dans le ciel. Cela est due à la rotation de la terre. Il existe une règle pour cela : 600/focale utilisée = la durée maximale en seconde pour l’exposition sans trainée. Sur l’image ci dessous on peut voir le « déplacement » des étoiles. Une minute sépare chaque image et la rotation de la terre est visible. Pour la sensibilité, j’ai essayé à peu près tout ce que le boitier permet et ce jusqu’à 12800 iso. Le bruit n’est pas un problème, seulement 12800 iso et bien ça capte beaucoup la pollution lumineuse. Comme conseillé, la réduction de bruit a été désactivée sur l’appareil photo.

Rotation de la terre visible au delà de 30 secondes de pose.
Rotation de la terre visible au delà de 30 secondes de pose.

Si bien qu’après quelques tâtonnements et une dizaine de clichés, je décide d’intégrer le radar météo de l’aéroport (qui fera office de dôme d’astronome pour la scène). Et du coup, le grand angle est préconisé pour voir un maximum d’étoiles. Le 8 mm est bien pratique pour cela d’autant que le réglage est manuel. Par contre il est encore plus difficile de cadrer l’image dans le viseur tellement la déformation fish-eye éloigne la scène.

La tête dans les étoiles -  8mm 6400 iso 30s f/3,5 © L. Lê Quan Tho
La tête dans les étoiles –  8mm 6400 iso 30s f/3,5 © L. Lê Quan Tho

Et voilà une image finale dont je ne suis pas mécontent pour une première 😉 Effectivement, l’intégration d’un magnifique décor augmentera l’intérêt de ce type d’image. Mais une soirée passée sous les étoiles est très agréable et elle m’a permis de voir quelques étoiles filantes (parmi quelques avions). Merci à Ben Canales pour ses précieux conseils.